Circuits Routiers

Accueil > Notre bulletin > Dino CR-04

Dino CR-04

de Christian Hillairaud, mis en ligne le 19 avril 2010
version imprimable version imprimable


Bon ! On a fini par réussir à avoir notre CR-04 !
Je suis heureux de vous présenter la Dino LM72 que PSK nous a concoctée spécialement et uniquement pour nous. Toutes les versions du kit sont présentées dans une boite en carton fermée par une splendide étiquette reprenant le dessin, lui aussi œuvre de Chris, du certificat. Dans la boite vous trouverez votre voiture RTR ou tous les éléments vous permettant de la réaliser :
Coque peinte ou brute, thermos transparents, habitacle, pilote, inserts de jante, rétro, phares additionnels, photo-découpes (sous le certificat au fond de la boite), pastilles pour les phares et une feuille A4 intitulée « conseils de montage ». Cette dernière est, désormais, jointe dans chaque kit PSK.
Louable intention.
N’ayant pas le temps de partir d’une base juste peinte, comme à mon habitude, je me suis contenter de monter une version peinte/décorée/vernie.
J’ai, donc, fait l’impasse pour le moment, sur la pose des décalques. A regarder le modèle, je ne crois pas que cette opération devrait être compliquée. Peut-être qu’une attention particulière sera réclamée par la pose de la bande bleu/blanc du capot avant, à cause des découpes rendues nécessaires par les prises d’air. Rassurez-vous, les découpes sont faites. Il faut « juste » poser le décalque !

Le châssis Slot Classic est fourni assemblé. Moteur, guide et axes sont en place. Il suffit d’ajouter les roues. Celles-ci sont des BRM en alu et doivent être vissées. Bien sûr les vis sont fournies. Les axes sont à la bonne largeur pour la Dino. Pas besoin de les rectifier. C’est toujours ça de gagné. Sur la coque, il faudra percer les trous pour les vis. Attention à bien aligner le châssis avec la coque et à régler l’empattement pour que les roues tombent au milieu des ailes.
L’avantage de la coque peinte et décorée est que l’on a que les finitions à faire. Quelques touches de noir mat et d’alu par-ci, par-là. Sans oublier de peindre les feux arr. à l’aide vernis coloré jaune et rouge. Avant de passer ces couleurs, j’ai peint les feux arr. en blanc afin de mieux faire ressortir le rouge et le jaune. On a aussi un très bon résultat en utilisant l’alu comme sous-couche. Pour l’habitacle, ce n’est pas compliqué, une couche de noir mat en bombe et roule ma poule ! Pour le pilote, c’est aussi simple. Combinaison blanche et casque rouge uni. Je lui ai ajouté, au pinceau, une paire de jambes en trompe-l’œil. Ce n’est pas trop compliqué à faire et le rendu est sympa. Si vous n’y arrivez pas, vous pouvez toujours photographier un de vos pilotes et, avec un logiciel de traitement d’image, vous pouvez le retoucher et l’imprimer pour le coller dans l’habitacle. Un système identique est employé sur la Vaillante Mystère.
Le point un peu pénible du kit est le montage des inserts de roues. Ceux de mon modèle, il semblerait qu’il y ait des disparités, étaient un peu juste en diamètre, ne joignent pas les cerclages de jante et tombent au fond de la jante.

Tiens, pendant que j’en parle, attention aux cerclages de roues. Les larges sont pour les roues arrière, les autres pour les roues avant. Ne pas se tromper car c’est mission impossible de vouloir les ressortir, sans dégât, après sertissage.
Pour essayer d’ajuster la profondeur de mes inserts, je les ai collé avec une grosse « noisette » de néoprène qui a, donc, servi de support. Pour les roues arrière, j’ai ajouté une cale confectionnée dans le puits de guide de la partie de châssis inutilisée. J’ai récupéré le puits de guide et je l’ai coupé en deux, pour avoir deux entretoises de la même épaisseur. Ça fonctionne bien et le résultat me plait, même si le déport intérieur est exagéré par rapport au modèle 1/1. Ensuite, il n’y a plus qu’à peindre en « gun metal » et d’ajouter quelques touches de noir mat pour les ouvertures et le centre, d’alu pour les écrous de roues et de jaune pour le cache central.
Le thermo des vitres et pare-brise ne s’ajuste pas au mieux avec la coque. Ce n’est pas le cas pour tous les kits. Je reprendrai ce point plus tard, j’ai dû faire vite pour vous présenter la voiture montée. Je pense qu’il faudra couper au plus près chaque vitre et les coller indépendant les unes des autres.

Une fois finie, la Dino me parait plutôt réussie. Les dimensions sont à l’échelle tant en largeur qu’en longueur. Par contre, je trouve les feux arrière un poil trop hauts.
Un autre point que je vais reprendre est la garde au sol. Je vais abaisser la carrosserie de 1 ou 2 mm. Elle ne sera pas plus mal près du sol et la tenue de route ne pourra qu’en être meilleure.
A ce sujet, la voiture est agréable à utiliser. D’ailleurs, toutes mes résines ayant un châssis Slot Classic équipé de roues BRM et d’un moteur type NC1, sont agréables, relativement rapides et à l’aise, quelque soit le type de piste.

Je suis plutôt satisfait de cette Dino CR-04. Elle complète de la meilleure des façons notre collection. D’ailleurs, le succès est au rendez-vous puisque, début mars, tous les exemplaires étaient vendus ! Au moment où vous recevez ce bulletin, je devrais être en train de procéder aux expéditions. Ceux qui sont venus au Mans, sont repartis avec leur modèle.

© CIRCUITS ROUTIERS, mars/avril 2010 - Bulletin N° 155

Portfolio

Dans le portfolio ci-dessous, cliquez sur une vignette pour obtenir une photo de taille moyenne. Sur celle-ci, vous pouvez cliquer avec le bouton droit de la souris et sélectionner "Afficher l’image" pour obtenir la photo dans sa résolution d’origine.


Plan du site | Espace privé | squelette | Haut de page
Site réalisé avec SPIP 1.9.2a [8878] | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Affichage optimisé avec visiter le site de Firefox