Circuits Routiers

Accueil > Vous débutez ? quelques réponses ... > J’ai acheté le circuit pour le gamin, mais il ne veut plus y jouer (...)

J’ai acheté le circuit pour le gamin, mais il ne veut plus y jouer ?!

de Frédéric "Chicane Mobile" Boudot , mis en ligne le 22 décembre 2010
version imprimable version imprimable


Avec les fêtes de Noël, plusieurs d’entre vous ont pris le mauvais prétexte des enfants pour mettre un circuit sous le sapin .... Sauf qu’après , il faut assumer quand les bambins vont vouloir jouer aux petites autos ou pire, retourner sur cette satanée console de jeux !

Slottons avec les enfants, petits et grands !

Soirée, Pizza, Essais, Arsouilles, Portières contre Portières, STOP & GO, « Putain, fait chier, j’ai encore pété un rétro… » .
Ca, c’est notre lot quotidien à nous, grands enfants. On casse nos jouets, mais on recommence ! On est entre nous, quoâ, entre personnes qui savent conduire (bien que ne sachant pas toujours nous conduire !)

Quand il y a des enfants à la maison , il n’est pas toujours évident de partager notre passion. Soit ils sont trop petits, ne peuvent apprécier le pilotage en tant que tel et se lassent très vite de voir tourner des autos qu’ils ne peuvent pas toucher, soit c’est plutôt du genre « Toto Premier… Gazafon dans le rail de sécurité » et là, c’est en général beaucoup plus qu’un rétro qui vole . Dans ce cas, c’est nous qui nous nous lassons très vite de la situation.

Je vous propose deux façons d’aborder le slot, façon que j’ai déjà testé à plusieurs reprises et qui non seulement permettent aux plus jeunes de réellement s’amuser , mais en plus, en font de très bons pilotes, bien plus soigneux que leur père la plupart du temps.

Les plus jeunes (disons de 4 à 6/7 ans).

Ce n’est pas le slot qu’ils aiment, c’est jouer aux petites voitures. Il faut qu’il y ait de la vie , de l’histoire … Il ne faut pas faire du slot pour le slot, mais intégrer le slot dans leur jeu. Oh, il ne faut pas grand chose, enfin si quand même : une bonne dose d’imagination et quelques accessoires.

Il faut commencer par matérialiser des lieux autour du circuit. Une petite maison en « Lego » ou un lit « playmobil » permettra d’identifier le « home sweet home ». De la même façon, placez l’école à un autre endroit de la piste. Et c’est parti : « Papa va t’emmener à l’école ». Vous prenez une auto type berline solide (SCX Rallye par exemple) , vous partez de la maison pour aller à l’école. Roulez doucement pour ne pas faire d’accident, mais pas trop lentement quand même pour ne pas être en retard à l’école.
Une fois que l’enfant à vu, c’est la question qui tue : « et toi, tu crois que tu pourrais emmener tes enfants à l’école ? » C’est le moment de couper le cordon ombilical et de lui céder la manette. Il va apprendre à conduire calmement, et surtout à s’arrêter. S’il stoppe avant l’école, il redémarre pour les quelques cm manquants ; s’il va trop loin, il refait un tour … mais la maîtresse ne sera pas contente.

Au fur et à mesure des progrès du pilote, ayez l’imagination pour compléter le jeu : Des playmobils qui veulent traverser la piste sur un passage piéton, un feu rouge, d’autres lieux …
Il pourra aussi être très utile de créer l’hôpital et le garagiste. En cas de déslotage , on emmène l’auto en réparation et l’enfant se faire soigner. C’est l’occasion de faire une pose de quelques minutes pour expliquer les dangers de la route , les blessures et leurs conséquences … bref de faire un peu d’instruction civique. Si l’enfant s’énerve , pète un plomb et fait un gros « askident », Pan, je coupe l’électricité, je quitte la pièce et je lui explique que l’on peut devenir paralysé, voir plus.
Bref, c’est à présent à vous de prendre le relais, d’imaginer une suite (par exemple, le WE on va voir Papy qui a encore une vieille voiture dans le garage et on sort la Fly classic…) de vous faire plaisir avec le bambin.

Comment conclure ? Disons « Playmoslot, en avant les histoires ! »
Un petit inconvénient tout de même : si l’enfant mord au jeu, vous êtes mal barré parce qu’il faudra aller au circuit tous les soirs pendant des semaines…

Mais jouer aux petites voitures, ça ne dure qu’un temps. En grandissant , il vont vouloir rouler pour de vrai et c’est là le plus dangereux pour les autos.

Pour apprendre aux moyens (disons de 6 à 10 ans)

Je vous propose de leur faire passer le « permis de conduire ». L’idée m’est venue en regardant le fiston jouer à Gran Turismo , je l’ai adapté et mis en application à de nombreuses reprises , en particulier à la kermesse de l’école : succès garanti et aucune auto cassée ni même abimée en 6 heures d’utilisation intensive.

Pour commencer, vous choisissez une auto qui ne craint pas grand chose, mais qui se conduit assez facilement (perso, j’attaque avec une vieille Matra scalex sans châssis équipée de pneus silicone « Tofslot »).Imaginons que je tourne avec une telle auto en 5sec, je ferai 12 tours à la minute. Pour avoir son premier permis, l’enfant devra lui, faire 8 tours (2/3 de la distance) en une minute … et sans sortir.
Cà vous paraît facile ? faites le test de rouler une minute sans sortir … _ Quand l’enfant a son premier permis, c’est déjà qu’il ne fait pas n’importe quoi. On prend une deuxième auto, assez similaire, histoire de confirmer. Ensuite, les permis s’enchaînent, voitures un peu plus belles tout en n’étant pas trop fragiles, histoire de montrer que l’on fait confiance. Etape suivante : les permis deviennent de plus en plus durs : 9 tours en 1 mn, puis10, puis 11 … avec des autos qui le permettent. Là, on est réellement dans les perfectionnement .

Au début, ils enchaînent les tours à vitesse constante, en cherchant « la moyenne » qui permet de ne pas sortir. Au fur et à mesure qu’ils progressent, pour passer les permis suivants, le régime constant ne suffit plus, Il faut accélérer à fond en ligne droite, freiner au panneau « juste ici », ne pas déraper.

A la fin, pour peu que le gamin soit motivé , vous vous retrouvez avec de très bons pilotes. Un exemple ? Un copain de 8 ans de mon fils a passé une après midi entière à progresser. Au bout de 3 heures, je lui ai confié mon Audi Slot it . Bilan : du premier coup, il m’a fait un run de 25 tours en 4 minutes et sans sortir quand moi, j’en aligne 30 à 31. Dans ces cas là, le plaisir est vraiment partagé.

Que conclure ? la même chose que tout le monde : Le slot , même seul c’est bien, mais quand on le partage avec d’autres, c’est encore mieux !

A présent, à vous de jouer …


Crédit photo : Renaud "Renoféroce" Poplin, merci à lui.
Nous vous recommandons ses articles qui traitent aussi de nos jeunes pilotes.


Plan du site | Espace privé | squelette | Haut de page
Site réalisé avec SPIP 1.9.2a [8878] | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Affichage optimisé avec visiter le site de Firefox